Comment donner du sens au travail ?



La quête de sens, qui a véritablement émergé au début des années 2000, connaît aujourd'hui un nouvel engouement. Confiné, contraint à s’adapter, confronté à la maladie et à l’incertitude, chacun s’est interrogé sur ce qu’il aimait faire dans la vie et la place qu’il souhaitait donner au travail. Le répit accordé avec la levée des restrictions n'a pas mis un terme à ces questionnements, entretenus par une situation sanitaire encore fragile à laquelle s'est ajouté la guerre.


Ainsi, selon une étude menée par Audencia et jobs_that_markesense de mars 2022, 92% des actifs ayant répondu s’interrogent ainsi sur le sens de leur activité et parmi les actifs préoccupés par cette question, plus de 4 salariés sur 10 ont déjà entrepris une transition professionnelle. Autant dire que la question est plus que d’actualité !


Savoir répondre à ce besoin de sens au travail est donc important pour n'importe quel manager, mais peut aussi sembler très nébuleux. Qu'est-ce que le sens au travail ? En quoi est-ce important ? Et surtout, comment répondre à ce besoin des collaborateurs ? On y répond pour vous dans ce nouvel article.


Le sens au travail, c’est quoi ?


C’est là que cela se complique… car lorsqu’on interroge les gens, on se rend vite compte que le sens au travail est une notion très personnelle et qu’il existe presque autant de définition que d’individu. Mais heureusement, des points de jonction existent. Trouver du sens dans son travail, selon l’étude précitée, c’est avant tout pouvoir répondre aux enjeux écologiques et sociétaux (57%), se sentir utile (53%), appartenir à une entreprise qui a un impact positif écologique et sociétal (42%). Cela rejoint les résultats d’une autre étude d’ampleur menée auprès de 15000 salariés qui positionne, en tête de liste, le fait de pouvoir contribuer au monde d’après[1].


Pourquoi est-ce si important ?


La grande démission constatée aux Etats-Unis depuis l’an dernier est largement liée au questionnement autour du sens au travail généré par le crise du Covid. Ce sont ainsi plus de 35 millions de travailleurs américains qui ont, en 2021, claqué la porte de leur entreprise. Si ce phénomène ne touche pas la France dans de telles proportions, on constate une augmentation non négligeable des démissions : en juillet 2021 selon le Ministère du Travail, le niveau de démissions de CDI était supérieur de 19.4% comparé à juillet 2019 et celui des ruptures anticipées de CDD supérieures de 25.8%. Fin 2021, c’est tout simplement 1 actif sur 2 qui indiquait vouloir changer de travail.


L’engagement au travail, qui fait qu’on y reste mais aussi qu'on s'y investit, est directement lié à la question du sens, encore plus aujourd’hui qu’hier. Prenez un métier pour lequel vous ne trouvez pas de sens, au mieux vous le quittez, au pire vous y restez mais avec, possiblement, un impact négatif sur votre performance et votre moral.


Comment (re)donner du sens au travail ?


Les éléments déclencheurs à la question du sens au travail sont dans l'enquête précitée très instructifs. Ils sont de deux ordres : réaliser un travail en cohérence avec ses valeurs et convictions personnelles, et être en accord avec les pratiques managériales.


Le management, encore une fois, joue donc un rôle essentiel et à double titre : il peut être porteur de sens et faciliter l’engagement des individus, tout comme “destructeur” de sens s’il n'est pas en phase avec les attentes de leurs collaborateurs. Pour agir dans le bon sens, il dispose pour cela de 4 leviers :

  • Être aligné avec ses valeurs

Nous avons tous des valeurs qui dictent notre façon de voir le monde, de le juger et de juger les autres. Elles sont liées à notre vécu, nos croyances, nos convictions.


C’est un travail d'introspection, dans un premier temps, pour s’assurer qu’on est en cohérence avec ses valeurs. Car il est bien difficile d’engager une équipe si on a soi-même du mal à s’y retrouver. Les questions à se poser sont assez simples Quelles sont mes valeurs ? Qu’est-ce qui m’anime au quotidien ? Qu’est-ce qui est important pour moi, dans la vie, de manière générale ? Qu’est-ce qui, dans mon travail, est en phase avec mes valeurs ? Ou en contradiction ? En quoi ces contradictions me posent problèmes ? Que puis-je faire pour y mettre un terme ?

  • Connaître les valeurs de ses collaborateurs

Ces mêmes questions, il est important de les poser également à chacun de ses collaborateurs. Observer, écouter, être attentif à chacun de ses collaborateurs : ce qu'ils font, ce qu'ils disent, ce dans quoi ils semblent s'épanouir (ou inversement). Il est important également d’avoir des temps d’échanges individuels réguliers pour les questionner et surtout, les écouter. Notre conseil est de le faire lors de points spécifiques dédiés au collaborateur, à son développement, à ses besoins et ses attentes. Lui demander ce qui est important à ses yeux, ce qui lui donne envie de s’investir ou, au contraire, ce qui est rédhibitoire. Et ce que ce soit dans son travail ou en dehors, de manière plus générale. En somme, s’intéresser à lui en tant que personne et non pas seulement en tant que simple collaborateur dédié à réaliser un travail. Et naturellement, d’identifier les leviers ou les freins sur lesquels il est important d’agir. Cet espace de discussion sera nécessairement apprécié en ce qu’il répond à des valeurs fortes communes à de nombreux collaborateurs (autodétermination, bienveillance…).

  • Agir de manière congruente et exemplaire

Le “faites ce que je dis mais pas ce que je fais” est particulièrement rédhibitoire aujourd’hui, plus qu’hier encore, chez un manager. Certes, on n’est pas totalement libre de faire tout ce qu’on veut, mais on se doit a minima de se montrer exemplaire sur les principes et les valeurs qu'on prône.


Vous exigez de vos collaborateurs qu’ils soient à l’heure, fiables, honnêtes, transparents, qu’ils disent quand ils se trompent, qu’ils avouent quand ils ne savent pas etc… faites en de même pour vous ! Vous en serez d’autant plus respecté.

  • Revenir à l’essentiel : le pourquoi ?

A force d’avoir le nez plongé dans l’opérationnel, on en n’oublie trop souvent de se rappeler pourquoi on est là, tous ensemble, à faire ce qu’on fait. La quête de sens se situe aussi à ce niveau là : celui de l’entreprise, sa vision, sa mission, la raison pour laquelle elle a été créée et elle réalise son activité. C’est souvent l’une des raisons qui nous a fait la rejoindre, mais l’oublier est aussi l’une des raisons qui nous fait la quitter.


Il est donc important de savoir prendre de la hauteur en revenant régulièrement, seul et avec son équipe, sur la vision (ce vers quoi elle tend) et la mission de l’entreprise (ce dont elle est investie).


Un travail qui incombe à tous dirigeants et managers et qui, en pratique, peut se faire simplement en instaurant un nouveau rituel mensuel au début de réunions d’équipes : quelques minutes pour revenir sur l'équipe, ses réalisations et les remettre en perspective de la mission de l’entreprise.


Si la quête de sens est un cheminement avant tout personnel, l’environnement de travail peut amener tout à chacun à le trouver ou, au contraire, à le perdre. En première ligne, les managers jouent un rôle important en ce qu’ils disposent de leviers puissants pour favoriser un environnement de travail qui a du sens pour leurs collaborateurs. Il est donc de leur devoir de les intégrer à leur mode de management.


[1]. Etude de la Chaire Impact Positif d’Audencia en collaboration avec jobs_that_makesense - Enquête : que recherchent ceux qui questionnent le sens au travail ? | Newsroom (audencia.com)




17 vues0 commentaire